Topic-icon Gouverner (Se)

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 mois #155 par Tina
Gouverner (Se) a été créé par Tina
" Il y a la merveilleuse phrase d'Aristote : /*Qui est citoyen ?
Est citoyen quelqu'un qui est capable de gouverner et d'être
gouverné*/. Il y a des millions de citoyens en France. Pourquoi ne
seraient-ils pas capables de gouverner ? Parce que toute la vie
politique vise précisément à le leur désapprendre, à les convaincre
qu'il y a des experts à qui il faut confier les affaires. Il y a donc
une contre-éducation politique. Alors que les gens devraient
s'habituer à exercer toute sorte de responsabilités et à prendre des
initiatives, ils s'habituent à suivre ou à voter pour des options que
d'autres leur présentent."
- Extrait du "Carrefour du labyrinthe" de Cornélius Castoriadis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Lama, La lama

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 mois #160 par jp.pedregosa
Réponse de jp.pedregosa sur le sujet Gouverner (Se)
Les exemples cités hier soir :


Marinaleda
www.consoglobe.com/espagne-marinaleda-autogestion-cg :
Marinaleda : une démocratie participative pour de vrais pouvoirs
Depuis la fin de l’ère franquiste, Marinaleda fonctionne en démocratie directe. En effet, en 1979 les villageois décident de s’attaquer à la mairie. Estimant que le pouvoir politique ne les représente pas et ne répond pas à leurs attentes, ils décident de se présenter aux premières élections municipales libres depuis la fin de la dictature.
Ils créent alors le Collectif Unitaire des Travailleurs (CUT), encore au pouvoir 35 ans après. Ainsi, Juan Manuel Sánchez Gordillo, maire de Marinaleda depuis plus de 30 ans, instaure une démocratie participative.
L’ensemble des décisions concernant le village, la politique, les budgets, les impôts, la coopérative etc. sont discutées et votées lors d’assemblées générales, auxquelles tous les villageois peuvent participer.
Le Maire estime que l’accord des habitants doit au minimum avoisiner les 80 % pour être représentatif du sentiment de la population
. A noter que ce dernier et les autres élus de la ville ne reçoivent aucune rémunération au titre de leur charge.
A noter qu’il n’y a pas de police à Marinaleda car il n’y a pas de délinquance.




Porto Alegre (même si ça a dérapé avec le temps...)
fr.wikipedia.org/wiki/Porto_Alegre#La_d.C3.A9mocratie_participative :

La démocratie participative

L'acteur essentiel de la démocratie participative, outre l'exécutif local qui en est le garant, est la « pyramide participative » à travers laquelle les citoyens font valoir les choix qu'ils entendent voir mis en œuvre. Cet organe est divisé en trois grands niveaux : le niveau micro-local, le niveau sectoriel et thématique, et enfin au sommet, le Conseil du Budget participatif (COP). À l'instar d'un budget municipal classique, son rythme de cycle de réunions est annuel.

Au niveau micro-local, les réunions sont ouvertes à tous les citoyens, et constituées à leur initiative, de manière à débattre des projets et problèmes de quartier, et par la suite faire part de revendications et de projets d'investissements souhaités au niveau supérieur des assemblées plénières par l'envoi de délégués (dont le nombre sera fonction de la participation aux réunions).

À l'échelle sectorielle et thématique, ce sont les assemblées pléniaires (une par secteur) qui prennent le relais pour synthétiser, et hiérarchiser les propositions émises au niveau micro-local sous formes de matrices primaires où sont désignés quatre priorités parmi treize postes budgétaires (éducation, habitat, voirie…). Cette première matrice vise à répartir les investissements par service de l'administration municipale. Puis, les assemblées plénières élisent en leur sein des délégués qu'elles envoient dans les forums, et des conseillers au budget participatif pour décider dans l'organe du C.O.P. Les forums sont constitués, soit par secteur (découpage géographique de la ville), soit par thème pour les problématiques qui impliquent une politique à l'échelle de la ville (Circulation et transports, Santé et assistance sociale, Culture, Éducation et loisirs, Développement urbain et social…). Au sein de ces forums, il s'agit à ce stade de discuter, de débattre des projets d'investissements du secteur ou du thème, et de matérialiser les orientations choisies par le biais de matrices budgétaires conçues selon trois critères formalisés : les priorités établies par les habitants, les carences en services et équipements de bases, la population. Ces trois critères font appel respectivement à des logiques majoritaires-démocratiques, de justice distributive, et technique. Chacun de ces trois critères est pondéré et vient coefficienter les postes budgétaires de manière à représenter la volonté des citoyens, et la politique de redistribution.

Enfin, le C.O.P. constitue le lien avec l'exécutif, il vote et amende les matrices budgétaires, il synthétise à l'échelle municipale les attributions budgétaires par secteurs et par postes. Il débat aussi des autres postes budgétaires (salaires des fonctionnaires, dépense de fonctionnement…). C'est ainsi au niveau des C.O.P. qu'est réellement établi un budget qu'avalisera l'exécutif. Mais le rôle du C.O.P. est aussi de préparer les budgets des années suivantes puisque c'est en son sein et avec la participation du G.A.P.L.A.N. (institution émanant de l'exécutif ayant pour objet la planification à moyen terme des investissements municipaux) que sont définies les procédures de fonctionnement du budget participatif, cela constitue un rôle essentiel, le budget étant largement déterminé par les pondérations matricielles.

Tout ceci a été sensiblement remis en question par la défaite électorale du Parti des travailleurs qui avait mis en place le système, et l'arrivée, le 1er janvier 2005, du nouveau maire, José Fogaça, aux affaires politiques de la cité. La nouvelle gestion exécutive municipale est moins favorable à ce type de fonctionnement. Celui-ci, même à l'époque de la direction PTiste, n'impliquait qu'environ 10 % de la population adulte de Porto Alegre.





mais aussi en France, à Saillans :

En quoi consiste la gouvernance participative de la commune ?

La participation des habitants consiste à redonner un contenu concret à la citoyenneté.
Elle s’exerce à travers deux instances :

les commissions participatives* thématiques : au nombre de sept, elles sont coordonnées par un binôme d’élus référents (la liste des commissions participative se trouve ici). Elles regroupent l’ensemble des habitants qui le souhaitent (entre 20 et 60 habitants en moyenne) et visent une réflexion générale, la définition des grandes orientations et l’émergence et la priorisation des actions concrètes à mettre en œuvre
.

les Groupes Action-Projet* : ce sont des groupes de travail pour préparer, suivre et mettre en œuvre une action concrète qui a été définie en commission. Ils regroupent sur une période déterminée, un nombre plus limité d’habitants (6 minimum) ainsi qu’au moins un élu référent.

Actuellement, 230 personnes, soit 24 % de la population majeure, participent aux commissions et aux Groupes Action-Projet.
Cette participation s’exprime à différentes étapes de la gestion des affaires de la commune : lors de l’impulsion des idées et des projets des actions dans le cadre de commissions participatives, lors de la préparation et de l’étude des dossiers et projets dans le cadre des Groupes Action-Projet et éventuellement dans la mise en œuvre des projets. La décision d’engagement d’une action et de son financement reste validée par les élus en Comité de Pilotage.
Parmi les réalisations concrètes des Groupes Action-Projet de ces premiers mois de mandature, il y a la mise en place de la réforme des rythmes scolaires, l’extinction de l’éclairage public la nuit, la conception de panneaux de sensibilisation à la protection de la rivière, la réalisation d’une enquête sociale, le choix du mobilier urbain, la révision du tarif de l’eau, etc.




ou dans un petit village :

www.francetvinfo.fr/france/video-un-village-des-alpes-maritimes-teste-la-democratie-participative_772221.html



chez les Vikings :
www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/11/25/cinq-experiences-de-democratie-2-0_3519922_3236.html

EN FINLANDE, CHACUN LÉGIFÈRE EN LIGNE

Depuis mars 2012, la Constitution finlandaise laisse à tout citoyen ayant atteint la majorité la possibilité d'inscrire des propositions de loi sur l'agenda parlementaire. Ces dernières sont examinées par les élus à condition de recevoir le soutien de 50 000 autres Finlandais (soit 1 % de la population).

Afin d'optimiser l'usage et l'impact de ce dispositif de participation citoyenne, l'ONG Open Ministry a lancé en octobre 2012 une plate-forme facilitant l'implication de tout un chacun. Participation en ligne, ateliers de travail ouverts ou tables rondes sont autant de techniques utilisées à cette fin. « Quand les résultats issus de ces échanges conviennent à tout le monde, des avocats bénévoles nous aident à rendre le texte conforme au format des propositions de loi », explique le coordinateur de l'ONG, Joonas Pekkanen.

Cinq propositions de loi accompagnées par Open Ministry ont franchi le cap des 50 000 signatures. Soumises aux parlementaires, elles concernaient notamment le mariage gay ou l'évolution de la législation finlandaise sur le copyright. Sur ce dernier point, plus de 1 141 contributeurs ont été impliqués dans la co-rédaction du projet de loi citoyen.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: jf, La lama

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 2 semaines #185 par Bernadette
Réponse de Bernadette sur le sujet Gouverner (Se)
Dans cet esprit l'appel ci-dessous : Et si on piratait 2017 AG en direct depuis Médiapart et en accès libre

RDV le 5 juillet, en direct, sur Médiapart

Bonjour,

Après plus de 5 mois de mobilisations et avant l'été, les initiatrices et initiateurs de la pétition "Loi Travail, non merci", en lien avec des nombreux collectifs citoyens, vous invitent à une AG citoyenne, participative, en direct sur Médiapart.

Loi travail, fonctionnement de notre démocratie, place des citoyen.ne.s dans le débat public, préparation de la rentrée... Venez en débattre avec nous le 5 juillet !

Caroline De Haas
Militante féministe
Et si on piratait 2017 ?
Mardi 5 juillet, à 20h, en direct sur Médiapart
agcitoyenne.fr

Nous sommes des citoyennes et citoyens de tous horizons et origines, mobilisé.e.s depuis plusieurs mois pour dire non à la loi travail. Nous sommes celles et ceux qui voient leurs votes bafoués, leurs intérêts négligés, leurs aspirations piétinées. Ensemble, nous pouvons faire émerger un pouvoir d’agir, un pouvoir citoyen autonome et créer un outil de reprise en main de nos vies.

Nous allons mettre à l'ordre du jour notre propre agenda politique et imaginer nos solutions pour bâtir une société juste, humaine, soutenable et démocratique. Comment ? En piratant 2017.

Ça m'intéresse, je veux participer !
Retrouvez l'intégralité du message d'invitation sur agcitoyenne.fr

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.104 secondes